Ablation de la vésicule biliaire : déroulement de l'intervention

L’ablation de la vésicule biliaire, ou cholécystectomie en termes médicaux, est une opération simple et fréquente consistant à retirer par voie chirurgicale la vésicule biliaire. La vésicule biliaire est un petit réservoir à bile, en forme de sac, située sous le foie, et qui se vidange après les repas pour faciliter notamment la digestion des graisses. L’ablation de la vésicule biliaire est nécessaire quand des calculs sont responsables de symptômes, par exemple des douleurs abdominales et/ou des complications (infection, blocage…).

Risques et conséquences de l’ablation de la vésicule biliaire

L’ablation de la vésicule biliaire est l’une des interventions les plus courantes réalisées par laparoscopie ou cœlioscopie (intervention faite à l’intérieur de l’abdomen par quatre orifices de pénétration des trocarts). Cette ablation n’est pas nécessaire chez les patients avec des calculs asymptomatiques, mais le devient en cas de douleurs ou de complications comme la cholécystite aiguë, la lithiase de la voie biliaire principale ou la pancréatite aiguë, qui peuvent conduire à des infections généralisées.

Causes et mécanismes de l'opération de l’ablation de la vésicule biliaire

La vésicule biliaire est un organe situé sur le cholédoque, conduit qui va du foie à l'intestin. La bile y circule une fois sécrétée par le foie et est stockée dans la vésicule biliaire. Elle joue un rôle dans l'évacuation du cholestérol, et dans l'émulsification des matières grasses contenues dans les aliments. Lors des repas, la vésicule se contracte et se vide de son contenu ; si elle se contracte mal, la bile stagne et forme des calculs (on parle de lithiases). Ceux-ci peuvent provoquer des troubles digestifs comme des nausées, des douleurs localisées, voire obstruer la sortie de la bile et s’infecter. 

Comment cela se manifeste-t-il ?

 Les calculs biliaires n’entraînent pas de symptômes dans la majorité des cas. Parfois, des crises de douleurs biliaires se produisent avec une douleur localisée sous les côtes à droite ; ces crises durent de quelques minutes à quelques heures et régressent spontanément. Elles sont accompagnées de nausées, de vomissements. En cas de complication comme l’obstruction du canal biliaire, une jaunisse se produit. En cas d’infection, on parle de cholécystite aiguë, qui est caractérisée par une douleur vive et non régressive à droite, et l’apparition d’une fièvre entre 38 °C et 39 °C.

Avec quoi ne faut-il pas confondre ?

 Il ne faut pas confondre les deux techniques chirurgicales pour l’ablation de la vésicule biliaire : cœlioscopie et laparotomie. La cœlioscopie permet l’ablation en introduisant des trocarts dans l’abdomen par quatre petits orifices. Les avantages sont nombreux, comme la réduction de la durée d’hospitalisation et l’absence de cicatrice disgracieuse. Néanmoins, cette technique n’est pas toujours possible, et la laparotomie peut être nécessaire, avec une cicatrice classique permettant au chirurgien d’enlever la vésicule.

Y a-t-il une prévention possible ?

 Il n’existe pas de moyen de prévention absolu, surtout une fois que les calculs biliaires sont installés. Des conseils simples permettent cependant d’en limiter la formation : lutter contre le surpoids, pratiquer une activité physique, éviter une alimentation trop chargée en graisses, privilégier une alimentation riche en fibres alimentaires.

À quel moment consulter ?

En cas de fièvre, de jaunisse, de douleur abdominale au côté droit de l’abdomen durant plus de quelques heures ou de vomissements persistants, il est impératif de consulter. Une intervention chirurgicale en urgence peut être nécessaire.

Que fait le médecin ?

Le médecin confirme le diagnostic de manière clinique : antécédents, symptômes, examen clinique. L'examen peut notamment montrer une douleur située à droite (on parle de l’hypochondre droit) et une douleur à la manœuvre de Murphy (douleur reproduite à l’inspiration profonde). La vésicule peut parfois être perçue par le médecin. Des tests sanguins peuvent être nécessaires particulièrement en cas de complication, montrant des signes d’infection et/ou de blocage de la bile.  L’examen clé reste l'échographie qui visualise la vésicule biliaire, parfois dilatée, contenant des calculs. La chirurgie est indiquée en cas de douleurs biliaires récidivantes ou de complications (cholécystite aiguë, lithiase de la voie biliaire principale, pancréatite aiguë).

Comment préparer ma prochaine consultation ?

Le rythme des symptômes est important à repérer et communiquer à votre médecin. Les douleurs localisées à droite, rythmées par les repas, l’orienteront dans son diagnostic et dans la prescription des examens complémentaires.