Additifs alimentaires

Un additif alimentaire est une substance ajoutée en petite quantité à une denrée alimentaire dans un but technique (conservation, fabrication, apparence…) ou sensoriel (saveur, couleur, consistance…).

Un additif alimentaire peut :
– être une substance naturelle (d’origine minérale, végétale ou animale) ;
– être un produit de synthèse (reproduisant des qualités naturelles) ;
– être artificiel (n’existant pas à l’état naturel).

Quels sont les enjeux réglementaires ?

Les additifs alimentaires répondent à des directives européennesqui définissent :
– une liste « positive » des additifs autorisés (tout ce qui n’est pas expressément autorisé est interdit) ;
– une liste des aliments auxquels ils peuvent être ajoutés ;
– leur dose maximum autorisée ;
– les critères de pureté de ces produits.

En France, le contrôle des additifs dans les produits alimentaires est assuré par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF).
Les teneurs maximales d’additifs dans les aliments sont fixées de façon à ne pas dépasser la dose journalière admissible (DJA) : quantité d’un additif qui peut être ingérée quotidiennement sans risque pour la santé (en mg/kilo de poids corporel).

Quels sont les différents types d’additifs alimentaires ?

Près de 350 additifs alimentaires sont autorisés en Europe.
La nomenclature distingue 24 catégories d’additifs selon leurs effets technologiques sur l’aliment : colorants, conservateurs, antioxydants, édulcorants, acidifiants, correcteurs d’acidité, exhausteurs de goût, émulsifiants, gélifiants, stabilisants, épaississants, poudres à lever, gaz propulseurs, gaz d’emballage, antiagglomérants, antimoussants, raffermissants, agents de charge, sels de fonte, agents d’enrobage, humectants, amidons modifiés, séquestrants, agents de traitement.

La liste des additifs autorisés est longue. Elle se présente sous forme d’un code avec la lettre E (Europe) suivie d’un chiffre indiquant sa catégorie : la numérotation allant de E 100 à E 1518.
Pour exemple :
– les colorants : famille des E 100 ;
– les conservateurs : famille des E 200 ;
– les anti-oxygènes : famille des E 300 ;
– les agents de texture : famille des E 400 ;
– …

Les additifs alimentaires sont-ils vraiment indispensables ?

Certains additifs sont indispensables tant pour la conservation que pour la fabrication. C’est notamment le cas :
– des conservateurs (nitrites, nitrates, sulfites, dioxyde de soufre, propionate de calcium, acide ascorbique…), qui évitent la dégradation des vitamines, la formation des moisissures ou les contaminations bactériennes ;
– des antioxygènes qui empêchent le rancissement des matières grasses, l’oxydation des fruits et légumes coupés ;
– des émulsifiants et agents de texture qui visent à améliorer la présentation, à donner du moelleux ou de la tenue aux préparations liquides.

Côté goût, les édulcorants servent à donner une saveur sucrée ; les exhausteurs de goût visent à augmenter ou révéler une saveur ; les arômes sont destinés à donner du goût, une odeur parfois même une couleur, les acidifiants augmentent l’acidité d’un aliment…
Face à la multitude des additifs utilisés, on peut néanmoins se demander si certains sont vraiment utiles.

De quoi faut-il se méfier ?

Il faut se méfier des bonbons, confiseries, sirops et glaces à l’eau qui regorgent d’additifs, notamment de colorants, en plus d’apporter des calories vides au plan nutritionnel et d’être cariogènes (favorisent les caries dentaires).