Hernie inguinale de l'enfant : symptômes et opération

La hernie inguinale de l’enfant est due à une malformation congénitale bénigne, la persistance du canal péritonéovaginal, qui ne s’est pas refermé pendant le septième mois de grossesse. Ce trou persistant, une partie du contenu de l’abdomen (gros ou petit intestin, graisse intraabdominale) peut s’égarer, faire saillie dans ce canal : c’est la hernie inguinale. Chez le garçon, l’intestin peut descendre jusque dans les bourses. Chez la petite fille, l’ovaire peut faire irruption dans la hernieinguinale, sous la peau : on parle de hernie de l’ovaire.

Qui est concerné par une hernie inguinale ?

La hernie inguinale concerne environ 3 à 4 % des enfants, davantage les garçons (10 %) que les filles. Elle est plus fréquente chez le prématuré (30 %) puisque le canal a eu moins de temps pour se refermer avant la naissance. La hernie inguinale est plus fréquente du côté droit que du côté gauche. Elle peut être bilatérale dans 10 % des cas chez l’enfant à terme ; mais c’est le cas une fois sur deux chez l’enfant prématuré avec hernie (50 % des cas).

Symptômes et signes de l'hernie inguinale

Dans le cas d’une hernie inguinale sans complication, une simple grosseur apparaît au niveau de l’aine lorsque l’enfant tousse, pleure, éternue ou fait un effort abdominal. Le médecin peut la réduire manuellement en attendant l’intervention chirurgicale, qui est inévitable.

Quand faut-il consulter ?

Tant que le contenu entre et sort spontanément, la hernie inguinale est libre. Mais il peut arriver que la hernie soit étranglée, c’est-à-dire que le segment d’intestin soit coincé dans le canal péritonéovaginal. En général, l’enfant a alors des troubles digestifs, il vomit ou se plaint de douleurs violentes. C’est une urgence chirurgicale. Il faut consulter dans les deux heures qui suivent l’apparition des symptômes. Une intervention chirurgicale dans les six heures est nécessaire pour éviter d’abîmer irrémédiablement les organes coincés.

Que fait le médecin ?

L’intervention de fermeture est inévitable pour éviter l’étranglement et la gêne digestive. L’opération d’une hernie inguinale non étranglée est simple, courte et en général bien tolérée. Elle dure une demi-heure. L’enfant est endormi sous anesthésie générale, le plus souvent complétée d’une anesthésie locale ou régionale pour limiter la douleur postopératoire. L’incision, donc la cicatrice, se trouve dans le pli de l’aine et est quasi invisible. La douleur, peu importante, est soulagée par du paracétamol.

Risques et conséquences d'une hernie inguinale

Les risques sont liés à l’étranglement possible de la hernieinguinale et à l’anesthésie générale. Il existe un risque minime de récidive, à cause de l’immaturité et de la fragilité des tissus, notamment chez les prématurés opérés très tôt ou dans les cas d’opération en urgence pour une hernie étranglée. Il existe aussi un risque de lésion du testicule, qui peut ne pas grossir aussi bien que celui de l’autre côté.

Avec quoi ne pas confondre ?

  • L’hydrocèle (liquide autour du testicule), le kyste du cordon.
  • En cas d’étranglement digestif : la gastroentérite.