Accouchement : quand partir à la maternité ?

Partir à la maternité : quels sont les symptômes?

On a toutes en tête une image précise du moment où on partira à la maternité pour accoucher, qu’elle soit édulcorée ou catastrophique. Mais dans la vraie vie, quels sont les signes qui doivent décider du départ à la maternité ?

Vous devez partir à la maternité quand vous avez perdu les eaux et/ou que vous avez des contractions régulières… et que vous êtes à au moins 8 mois de grossesse.

C’est le schéma classique, puisque vous êtes à terme. Ces derniers jours, le bébé a beaucoup appuyé sur le col, qui a été assoupli, aminci. La poche des eaux dans laquelle se trouve le bébé s’est rompue sous la pression et vous avez senti un écoulement tiède. Il est temps de vous rendre à la maternité, sans attendre d’avoir des contractions trop rapprochées. Pourquoi ? Parce que le bébé n’est plus dans son environnement stérile et qu’il peut contracter une infection qui le mettrait en danger. Pour la même raison, ne prenez surtout pas de bain et préférez voyager allongée. De toute façon, les contractions, provoquées par l’ocytocine, se rapprochent (toutes les 5 minutes) et deviennent plus douloureuses et régulières pendant que l’utérus se centre, se raccourcit, se ramollit et s’ouvre progressivement.

Vous devez partir à la maternité quand vous avez perdu les eaux (même sans contractions) à n’importe quelle date de la grossesse.

Perdre les eaux ne veut pas forcément dire que l’accouchement est imminent. C’est simplement le signe que la poche s’est beaucoup fragilisée et qu’elle n’a pas eu besoin des contractions utérines pour se rompre. Rendez-vous tout de même à la maternité, puisque le bébé n’est plus protégé des éventuelles infections. Là, l’équipe médicale vous mettra sous surveillance en attendant le début du travail. Dans 90 % des cas, le travail (c’est-à-dire le début des contractions dites « efficaces ») débute naturellement dans les douze heures qui suivent la rupture de la poche des eaux. Si toutefois ce n’était pas le cas, une injection d’hormones destinée à provoquer ces contractions vous serait administrée 12 à 24 heures plus tard. En parallèle, on préconise souvent des antibiotiques pour la future maman pour éviter une infection au bébé. Dans tous les cas, ne vous inquiétez pas : l’urine du bébé permettra d’alimenter le liquide amniotique, qui ne peut de toute façon pas s’écouler trop rapidement à cause de la tête du bébé qui « bouche le trou » : bloque l’entrée du col.

Vous devez partir à la maternité quand vous n’êtes pas à terme et que vous avez des contractions. 

Avoir des contractions pendant la grossesse, c’est normal (jusqu’à 10 par jour en moyenne) : elles permettent de préparer l’organisme à l’accouchement. Mais là, il s’agit de vraies contractions, plus douloureuses et régulières que d’habitude. Ces contractions ne sont pas forcément des contractions de travail, mais elles peuvent être le signe d’une infection urinaire par exemple, qui pourrait mettre le bébé en danger. Quoi qu’il en soit, il faut vous rendre à la maternité rapidement pour mettre en place une surveillance médicale du bébé par monitoring. Le plus souvent, ce n’est pas trop grave : on conseille à la future maman de se reposer, voire de s’aliter en attendant le terme.

Dois-je partir à la maternité si les contractions s’arrêtent ?

Vous êtes à terme, voilà environ 2 heures que vous avez des contractions toutes les 5 minutes, vous n’avez pas perdu les eaux… mais vous pensez qu’il est temps de partir pour éviter d’accoucher chez vous en catastrophe. Pas de panique pour autant : prenez un antispasmodique, plongez-vous dans un bain chaud et jugez des effets… Tout s’arrête : c’est un faux départ. Ces contractions ne sont pas des contractions de travail, mais des contractions normales de fin de grossesse qui permettent la « maturation » du col (le ramollir, le raccourcir) pour le préparer à l’accouchement… qui viendra un peu plus tard.