Toxoplasmose : Comment et pourquoi s'en prémunir pendant la grossesse ?

La toxoplasmose est une maladie infectieuse provoquée par un protozoaire, un parasite appelé Toxoplasma gondii. Ce parasite se rencontre habituellement dans l’intestin du chat sous forme d’ookystes, mais on le retrouve aussi chez d’autres animaux comme le bœuf, le mouton ou le porc. La toxoplasmose, habituellement bénigne, est néanmoins dangereuse dans le cas d’une transmission de la femme enceinte au fœtus. On parle alors de toxoplasmose congénitale.

Grossesse et toxoplasmose

Plus de 80 % des Français seraient immunisés contre la toxoplasmose à 20 ans, mais seulement 54 % des femmes enceintes l’étaient lors de la dernière enquête périnatale de 1995, et environ 43 % en 2003.

Comment se transmet la toxoplasmose ?

La toxoplasmose se transmet par les selles des chats exclusivement, ainsi que par l’alimentation qui pourrait en être souillée. Lorsque la femme enceinte n’est pas immunisée, des mesures d’hygiène et de précaution alimentaire sont indispensables pour protéger le fœtus.

Comment se prémunir contre la toxoplasmose ?

Les recommandations officielles de prévention de la toxoplasmose chez la femme enceinte sont regroupées en trois catégories : indispensables, complémentaires et relevant de la précaution. 

Les recommandations indispensables concernent l’hygiène :

  • personnelle : se laver les mains et se brosser les ongles après avoir manipulé de la viande crue, des crudités souillées par de la terre ou après avoir jardiné, et avant chaque repas ;
  • domestique : porter des gants pour tout contact avec la terre, faire laver chaque jour par quelqu’un d’autre la litière du chat avec de l’eau bouillante, se méfier des jeunes chats qui chassent ou des chats errants ;
  • alimentaire : bien cuire tout type de viande avec une température à cœur entre 68 et 72 °C en évitant la cuisson au micro-ondes, laver à grande eau les ustensiles de cuisine et les plans de travail, ainsi que les légumes et les plantes aromatiques, en particulier ceux qui seront consommés crus et souvent souillés par la terre comme les radis, les fraises, les salades et les champignons.

Les recommandations complémentaires contre la toxoplasmoses concernent :

  • la congélation : les températures inférieures à - 18 °C permettent la destruction des kystes ;
  • les repas en dehors du domicile : ne consommer de viande que bien cuite, éviter les crudités, préférer les légumes cuits.

Les recommandations relevant de la précaution concernent les aliments déconseillés : le lait de chèvre cru, la viande marinée, saumurée ou fumée, les huîtres, moules et autres mollusques consommés crus.

Symptômes de la toxoplasmose

Fièvre, douleurs musculaires ou maux de tête ou de gorge (tableau grippal) sont des symptômes qui doivent alerter la femme enceinte et l’amener à consulter au plus vite. Les ganglions sont en général hypertrophiés. Une prise de sang est nécessaire pour poser le diagnostic de façon certaine.

Quels sont les symptômes de la toxoplasmose ?

 Fièvre, douleurs musculaires ou maux de tête ou de gorge (tableau grippal) doivent alerter la femme enceinte et l’amener à consulter au plus vite. Les ganglions sont en général hypertrophiés. Une prise de sang est nécessaire pour poser le diagnostic de façon certaine.

Quels sont les risques pour le fœtus ?

Le premier trimestre de la grossesse est le plus risqué pour la santé du fœtus, mais celui-ci ne court que 5 % de risques de contamination. Plus tard, les contaminations sont plus fréquentes mais les dégâts sont moins « intenses » quoique toujours dommageables. La toxoplasmose est responsable d’avortements spontanés, surtout au cours du premier trimestre de grossesse. Elle provoque le plus souvent chez le fœtus des anomalies au cerveau, au foie et surtout aux yeux : entre 35 % et 85 % des enfants contaminés. Cette infection oculaire se manifeste par une inflammation de la choroïde et de la rétine, responsable d’une altération de la vision allant parfois jusqu’à la cécité.

Que préconise le médecin pour la femme enceinte ?

Pour la femme enceinte non immunisée, une prise de sang mensuelle permet de vérifier qu’elle ne contracte pas la toxoplasmose pendant sa grossesse. Si la femme enceinte a contracté la toxoplasmose, on entreprendra un traitement antibiotique visant le parasite (la spiramycine), qui réduit le risque de transmission au fœtus. Mais ce traitement ne suffisant pas toujours, une interruption thérapeutique de grossesse est proposée.

Que préconise le médecin pour le bébé ?

En cas de toxoplasmose congénitale avérée, les nouveau-nés sont immédiatement traités par la pyriméthamine sous forme de comprimés et par la sulfadiazine. Une surveillance régulière permet de contrôler l’évolution de la maladie et ses séquelles au cours de leur croissance.

Avec quoi ne pas confondre la toxoplasmose ?

  • Une angine.
  • La listériose.
  • Un état grippal.