Croûtes de lait : causes, risques, consultation

Les croûtes de lait se manifestent sous la forme de squames(croûtes) jaunâtres, grasses et épaisses sur le cuir chevelu du bébé. On observe le plus souvent des formes modérées, mais il existe aussi des forme étendues (en forme de casque ou touchant aussi le siège) et des formes inflammatoires. On regroupe l’ensemble de ces symptômes sous le terme de dermatite séborrhéique.

Risques et dangers des croûtes de lait pour le nourrisson

Affectant autant les garçons que les filles, les croûtes de lait sont strictement bénignes, elles ne sont pas contagieuses et disparaissent naturellement au bout de quelques mois. Elles sont quasi-absentes chez les bébés de plus de 4 mois.

 On en repère parfois chez les adultes, avec une atteinte possible du visage, autour des ailes du nez par exemple (c’est la dermatite séborrhéique de l’adulte), rarement chez les enfants. De toutes façons, elles sont purement inesthétiques et, bonne nouvelle, on en repère par ailleurs beaucoup moins fréquemment qu’avant.

Causes et origines des croûtes de lait du bébé

On a longtemps cantonné ces croûtes de lait à une simple production excessive de sébum. On pense aujourd’hui qu’il existe (notamment dans les formes étendues et les formes inflammatoires) un autre mécanisme : une réaction inflammatoire à un champignon (levure) habituellement présent sur la peau, répondant au doux nom de Malassezia Furfur.

 Ce champignon a besoin de sébum pour se développer. Or, dans les semaines suivant la naissance, la quantité de sébum est plus importante parce qu’elle est stimulée par les hormones androgènes produites par la mère en fin de grossesse. L’augmentation de sébum permet la prolifération de Malassezia qui accélère le renouvellement des cellules de l’épiderme, engendrant des croûtes dites « de lait ».

Signes et symptômes des croûtes de lait

 Les croûtes de lait se développent sur le cuir chevelu. C’est la forme la plus fréquente de dermatite séborrhéique du nourrisson, mais elle peut se manifester aussi dans les plis (cou, aisselles) ou sur le siège (érythème fessier).

 Pendant les premières semaines de vie, elles apparaissent progressivement, ou dès la naissance. Elles disparaissent avec l’influence des androgènes maternels passés dans le sang du fœtus : quelques jours après la naissance ou quelques mois plus tard. Quelle que soit l’abondance des croûtes de lait, elles sont transitoires.

Avec quoi ne faut-il pas confondre ? 

 Il ne faut pas confondre les croûtes de lait, c’est-à-dire la dermatiteséborrhéique, avec la dermatite atopique (ou eczéma atopique), qui apparaît en général à partir de 3 ou 4 mois. Il ne faut pas non plus les confondre avec le psoriasis. C’est l’examen clinique seul qui permettra le diagnostic différentiel.

A quel moment consulter le médecin ? 

 On peut consulter dès les premiers symptômes, mais il n’y a aucune urgence. Le mieux est de signaler ces croûtes au pédiatre lors de la visite mensuelle du nourrisson.

Comment préparer la consultation ?

  Sans parler de préparation, il peut être utile, pour faire la différence entre dermatite séborrhéique et dermatite atopique, de connaître les antécédents familiaux d’allergie, notamment les terrains atopiques.

Que fait le médecin ?

Le premier conseil que donnera le médecin est d’insister sur quelques mesures simples d’hygiène. Car si les croûtes de lait se font plus rares de nos jours, on suppose que l’hygiène est en grande partie responsable de cette amélioration. Le médecin conseillera donc de ne pas irriter le cuir chevelu avec des produits trop détergents ou des antiseptiques, de ne pas essayer de le décaper, mais, au contraire, de le laver quotidiennement avec un nettoyant doux, sans savon, et d’appliquer un émollient adapté. Il faut éviter de gratter ces croûtes (qui sont inflammatoires, ne l’oublions pas) et d’utiliser des produits contenant de l’acide salicylique. Si les croûtes de lait sont particulièrement nombreuses, le médecin prescrira un antifongique en crème pour éliminer ou tout au moins réguler la cause du problème, le Malassezia furfur.

Y a-t-il une prévention possible ?

  Une hygiène rigoureuse mais la plus douce et régulière possible permet en général de prévenir les croûtes de lait. Mais en général seulement, car il existe des terrains particuliers, plus sensibles à cette pathologie.