Accoucher sous péridurale : fonctionnement, conseils, dangers

L’anesthésie péridurale est une technique d’anesthésie locorégionale permettant la désensibilisation transitoire d’une zone du corps : dans le cadre de l’obstétrique, le bassin. C’est l’endormissement des nerfs véhiculant la douleur de cette région. On utilise la péridurale notamment au moment de l’accouchement, pour éviter la douleur des contractions et de l’expulsion du bébé. Le nom « péridurale » vient de « peri » (autour) et « dura » (dure-mère, enveloppe de la moelle épinière).

Les chiffres de la péridurale

La péridurale a été mise au point en 1901. En France, elle est pratiquée depuis plus de 25 ans en obstétrique. Les effets de la péridurale se font sentir au bout de 10-15 minutes. Plus de 60 % des femmes y ont recours en France pour accoucher. Son taux de succès avoisine les 95 %.

Que fait l’anesthésiste lors de la péridurale ?

Quelques semaines avant l’accouchement, une consultation médicale préanesthésique avec le médecin anesthésiste permet d’informer la femme enceinte et de vérifier qu’elle ne présente pas de contre-indications à la péridurale. Le jour de l’accouchement, lorsque les contractions deviennent douloureuses et que l’avancement du travail l’autorise, ou bien en cas de déclenchement ou d’indication médicale (présentation par le siège, grossesse gémellaire…), le médecin anesthésiste procède à l’anesthésie péridurale. Il aseptise et insensibilise le bas du dos puis, à l’aide d’une aiguille, installe entre la troisième et la quatrième ou entre la quatrième et la cinquième vertèbre lombaire un petit tube souple (ou cathéter) qui reste en place pendant toute la durée de l’accouchement par voie basse. Ce cathéter permet la diffusion d’un anesthésique local (associé ou non à un morphinique) dans l’espace péridural où passent les racines nerveuses. Le cathéter est installé une seule fois, mais le produit anesthésiant peut être injecté à plusieurs reprises ou en continu. Si l’accouchement nécessite une césarienne ou toute autre intervention, la présence du cathéter déjà installé permet de la réaliser sous anesthésie péridurale, en évitant une anesthésie générale plus risquée dans ce contexte.

Quels sont les risques et dangers de la péridurale ?

Parmi toutes les méthodes d’anesthésie en obstétrique, la péridurale est celle qui présente le moins de risques pour la mère, comme pour le bébé. Mais il existe des contre-indications : fièvre, troubles de la coagulation sanguine, infection de la peau au niveau du dos… Si ces contre-indications sont bien prises en compte, les accidents (arrêts cardiaques, convulsions, paralysie…) sont exceptionnels et des complications (le plus souvent transitoires) surviennent relativement rarement : maux de tête, fourmillements, engourdissements…

Avec quoi ne pas confondre ?

La rachianesthésie.