Varicelle : symptômes, période et contagion et traitement

La varicelle est une maladie infectieuse contagieuse de l’enfance. Habituellement bénigne, la varicelle est due à un Herpesvirus. Elle se traduit par une éruption ubiquitaire, c’est-à-dire que les vésicule sapparaissent sur tout le corps en même temps.

Qui cela concerne-t-il ?

La varicelle concerne essentiellement les enfants âgés de 1 à 15 ans. À l’âge adulte, plus de 90 % de la population française ont eu la varicelle dans leur enfance ou à l’adolescence. En général bénigne, la varicelle peut être dangereuse pour les adultes et les personnes fragiles : femmes enceintes, nouveau-nés et sujets immunodéprimés. Un vaccin est disponible en France depuis 2004, mais il est réservé aux enfants immunodéprimés et à leur entourage.

Contagion de la varicelle

La période d’incubation de la varicelle est de 2 à 3 semaines. Elle se transmet essentiellement pendant les 2 jours qui précèdent l’éruption cutanée, d’abord par l’appareil respiratoire et la salive, puis par le contact avec les vésicules (jusqu’à 6 jours après l’apparition des dernières vésicules). La varicelle dure en moyenne 14 jours.

Symptômes et signes de la varicelle

Les symptômes commencent par une légère fièvre (38 °C), quelques heures avant l’apparition des premières vésicules à contenu liquide clair. L’éruption cutanée gagne tout le corps par poussées successives : d’abord le thorax et les membres, puis les muqueuses (bouche et organes génitaux), enfin le visage. On retrouve des vésicules dans le cuir chevelu, les oreilles ou encore les yeux. Les vésicules provoquent des symptômes de démangeaisons parfois féroces jusqu’à ce qu’elles s’assèchent en croûtes.

Que fait le médecin ?

Le traitement de la varicelle évite la surinfection et atténue les démangeaisons. On applique localement des antiseptiques. Les antibiotiques sont réservés aux surinfections bactériennes (dues le plus souvent au grattage). Les démangeaisons sont limitées par la prise d’antihistaminiques. Les bains sont maintenus en y ajoutant un antiseptique (contre les surinfections). On évite ainsi les marques cutanées (aléatoires) laissées par les vésicules ; le grattage accentue le risque de cicatrices.

 Attention : pour faire baisser la fièvre, seul le paracétamol est autorisé. Les antiinflammatoires sont absolument proscrits, car ils sont susceptibles de provoquer des complications. Les produits à base de talc sont à proscrire également ainsi que les pommades.

Avec quoi ne pas confondre la varicelle ?

  • Avec les autres maladies éruptives de l’enfance : rougeolescarlatineroséole et rubéole.
  • Comme la varicelle présente des vésicules et non des taches rougeâtres, il n’y a pas de confusion possible.