Test d'effort ECG : déroulement et cas d'utilisation

Le test d’effort ou épreuve d’effort est un enregistrement des paramètres cardiologiques, et notamment de l’activité électrique du cœur (électrocardiogramme ou ECG) durant un effort (course sur tapis roulant ou bicyclette ergométrique). Le test d’effort est habituellement utilisé pour diagnostiquer la cause d'une douleur dans le thorax (diagnostic d'une maladie des artères coronaires par exemple), dépister certaines maladies cardiaques ou troubles du rythme survenant à l’exercice, mais aussi déterminer les capacités du cœur après un infarctus, une chirurgie ou après mise en route d’un traitement. Outre l’enregistrement de l’électrocardiogramme, d’autres paramètres comme le pouls (les médecins parlent de fréquence cardiaque) et la tension artérielle sont surveillés en permanence. 

Test d'effort (ECG) : risques et enjeux sanitaires

Les maladies cardiovasculaires sont la première cause de mortalité dans tous les pays industrialisés et notamment en France. Chaque année, 120 000 personnes font un infarctus du myocardeavec une mortalité maintenant de l’ordre de 10 %. La lutte contre les facteurs de risque (tabagisme, hypertension artérielle, diabète, taux élevé de cholestérol, obésité, stress, sédentarité, alimentation riche en graisses, trop pauvre en fruits et légumes) est essentielle, de même que le dépistage de ces maladies. Le test d’effort ou ECG d’effort est un examen pratiqué couramment en cardiologie. Ses complications sont devenues très rares, d’autant qu’il s’effectue dans un environnement spécialisé. En cas de complications (douleurs, rythme cardiaque irrégulier…), l’examen est interrompu.

Test d'effort (ECG) : Déroulement

Le test d’effort a pour objectif de créer un exercice physique responsable d’une augmentation du travail des muscles, avec augmentation de leur consommation en oxygène et augmentation du travail du cœur. Pour délivrer l’oxygène nécessaire, le débit cardiaque augmente, de même que la fréquence cardiaque et la pression artérielle. La surveillance continue de l’électrocardiogramme pendant le testd’effort permet de détecter toute anomalie survenant lors de l’exercice et de démasquer certaines maladies non symptomatiques au repos. Par exemple, si les artères du cœur sont partiellement bouchées, lors de l’effort, qui nécessitera un afflux de sang dans ces artères pour amener plus d’oxygène vers les cellules, le sang passera mal, l’ECG d’effort sera perturbé et parfois le patient ressentira une douleur dans la poitrine. Le test sera positif.

Comment cela se manifeste-t-il ?

Le test d’effort ou ECG d’effort a lieu en milieu spécialisé (hôpital, clinique…) avec du matériel de réanimation à disposition. Des électrodes sont collées sur la poitrine (après rasage éventuel en cas de pilosité abondante) et un brassard à tension est mis en place. L’exercice peut se dérouler sur tapis roulant (test le plus physiologique) ou sur bicyclette ergométrique. Différents protocoles de tests d’effort existent, faisant varier la vitesse du tapis ainsi que la pente ou la résistance au pédalage (exprimée en watts). La tension artérielle est mesurée au bras toutes les 2 minutes en moyenne, la fréquence cardiaque est suivie en continu grâce à l’électrocardiogramme. L’effort à fournir augmente à intervalles réguliers et le test d’effort dure entre 10 et 15 minutes. En cas d’anomalie ou de douleur (douleur à la poitrine par exemple), le test est dit positif et est interrompu. Après l’exercice, les différents paramètres continuent à être enregistrés pendant quelques minutes pour évaluer la récupération après l’effort.

Avec quoi ne faut-il pas confondre ?

Il ne faut pas confondre le test d’effort ou ECG d’effort avec un simple ECG de repos réalisé au cabinet du médecin. Le test d’effort permet de démasquer des anomalies non présentes au repos, ce qui en fait son intérêt principal. Par ailleurs, il existe des techniques alternatives quand la réalisation d’un effort est impossible. Par exemple, une échographie avec injection de dobutamine reproduit pharmacologiquement les effets d’un exercice physique, et permet donc de mettre en évidence les mêmes anomalies que lors du test d’effort.

Y a-t-il une prévention possible ?

La prévention des maladies des artères coronaires et des maladies cardiovasculaires en général, passe par des changements de mode de vie. Ne pas fumer, s’alimenter de manière équilibrée en limitant l'excès de cholestérol (graisses) et en luttant contre l’obésité sont les recommandations essentielles. Trente minutes d’activité physique (marche, jogging, vélo, natation…) 3 fois par semaine permettent d’éviter la sédentarité. L’activité physique est à adapter à vos antécédents et à votre condition physique, en accord avec le cardiologue et le médecin traitant. Le test d'effort contribue au diagnostic des maladies des artères coronaires. En cas de douleurs thoraciques brutales, il est souhaitable d’appeler le SAMU-Centre 15 pour éliminer en urgence un infarctus du myocarde. En cas de douleurs récurrentes, une consultation médicale rapide (médecin généraliste, cardiologue) permettra de poser l’indication éventuelle d’un test d’effort.

Que fait le médecin ?

Le test d’effort ou ECG d’effort est réalisé en présence d’un médecin, cardiologue le plus souvent. Ce dernier, après avoir informé de l'examen (intérêt et risques), débute par un examen clinique pour éliminer une contre-indication à l’examen puis par la réalisation d’un électrocardiogramme de repos. Au cours de l’effort, le médecin surveille en permanence le tracé ECG et les paramètres cardiaques (fréquence cardiaque, tension artérielle…). Il détermine les paliers d’effort et l’arrêt de l’examen. En cas d'urgence, le médecin est présent avec l'ensemble du matériel nécessaire pour entreprendre une réanimation cardiopulmonaire. Le test d’effort est interrompu quand la fréquence cardiaque maximale est atteinte ou dans les cas suivants :

  • anomalie sur l’ECG (trouble du rythme, souffrance myocardique…) ;
  • anomalie de la tension artérielle (élévation brutale…) ;
  • apparition de symptômes (douleur thoracique…).

En fonction des résultats, d’autres examens pourront être proposés (coronarographie par exemple) ou un traitement médicamenteux pourra être d’emblée instauré.

Comment préparer ma prochaine consultation ?

Avant l’examen, il est souhaitable de ne pas fumer et de ne pas boire d’alcool. Le port de vêtements confortables, adaptés à une pratique sportive, de même que de chaussures de sport est conseillé. Les médicaments à poursuivre ou à arrêter seront discutés avec le médecin. Après l’exercice, une phase de récupération de quelques minutes sous surveillance médicale fait partie de l’examen.