Tomodensitométrie : cas d'utilisation et fonctionnement du scanner

La tomodensitométrie (TDM) ou scanner (nom anglais couramment employé) utilise des rayons X, comme la radiographie standard. La TDM donne des images en coupes du corps humain et une représentation des tissus mous, ce que ne permet pas la radiographie. On voit ainsi avec précision les différents organes. La TDM utilise un tube émetteur de rayons X tournant à très grande vitesse. De puissants calculateurs mesurent l’absorption des différents tissus traversés par les rayons X. Après traitement informatique des données, la machine fournit une image anatomique. C'est un examen non invasif.

Utilité de la tomodensitométrie en médecine

La tomodensitométrie donne une image très correcte de presque tous les tissus, plus particulièrement au niveau de la tête (cerveau, sinus…), du thorax, de l’abdomen, du rachis. Elle repère des anomalies qui ne sont pas visibles sur les radiographies standard ou à l’échographie : infections, hémorragie, kystes, tumeurs, ganglions. Elle étudie très bien les tissus durs, notamment les os. Elle permet enfin de guider des ponctions d’organes profonds, évitant une intervention chirurgicale.

La tomodensitométrie : déroulement de l'examen

Vous serez allongé sur une couchette qui se déplace dans un anneau à l’intérieur duquel se trouve le tube à rayons X. Il ne faut pas bouger pendant tout l’examen pour avoir de belles images. En cas de problème, alertez l’équipe médicale qui est à votre écoute en permanence. L’examen dure en moyenne 15 minutes. Certaines TDM nécessitent une injection intraveineuse, le plus souvent au pli du coude, de produits dit de contraste à base d’iode permettant d’améliorer la qualité de l’image. Au moment de l’injection intraveineuse, il est possible que vous ressentiez une sensation de chaleur. Elle est tout à fait normale et dure 30 secondes. Hormis l’injection de produit de contraste, la TDM n’exige pas de préparation particulière.

La tomodensitométrie : Effets secondaires

La TDM irradie les patients, mais aucun risque n’a pu être mis en évidence jusqu’à présent, compte tenu des doses minimes utilisées et des précautions pour limiter la partie du corps examinée. L’injection du produit de contraste est habituellement bien tolérée. Le produit iodé peut entraîner une réaction d’intolérance (rarement sévère). Cela justifie de signaler impérativement si vous êtes allergique à certains produits ou médicaments, si vous avez un terrain allergique (asthme allergique, eczéma, antécédent d’œdème de Quincke…). Des complications sont possibles chez les patients atteints de maladies affectant les reins (insuffisance rénale chronique, diabète).

Qui prescrit l’examen, combien ça coûte, comment est-on remboursé ?

Prescrite par un médecin, la TDM est prise en charge par l’Assurance Maladie à 100 % pour la partie technique qui coûte 100,51 euros, et à 70 % pour les honoraires du radiologue. Ceux-ci varient de 34,78 euros à 75,16 euros, si toutefois le patient a respecté la filière de soins : médecin traitant puis spécialiste… Les 30 % restants sont remboursés par la complémentaire santé ou l’assureur.

Où et par qui est pratiqué l’examen ?

La TDM est pratiquée en centre d’imagerie médicale par des techniciens spécialisés sous la direction de médecins radiologues.