Radiographie : fonctionnement, contre-indications et coût

La radiographie fournit des images du corps humain en utilisant de faibles doses de rayons X. Les tissus du corps absorbent en effet ces rayonnements de façon plus ou moins importante en fonction de leur « texture » ou plutôt de leur « densité ». Les poumons par exemple les laissent quasiment passer alors que les structures calcifiées (os) les absorbent fortement. L’image produite par les rayons X impressionne une plaque sensible, exactement comme dans la technique photographique argentique. Cette plaque est révélée dans un bain de produits adéquats, en négatif (et généralement conservée comme telle).
Aujourd’hui ce principe photographique est numérisé (informatisé), mais le résultat est le même, conservé en négatif : les os apparaissent blancs, les tissus mous sont dans différents tons de gris, et l’air est noir. On utilise parfois des produits de contraste pour voir certains organes creux (lavement et transit œsophagien pour le tube digestif, urographie intraveineuse pour les reins).

Informations sur la radiographie

La radiographie est surtout utilisée pour l’étude du poumon, des os, des articulations et des seins (mammographie). Ces usages actuels sont codifiés par des recommandations officielles (Haute Autorité de Santé : HAS). La radiographie montre des fractures, de l’arthrose, des malformations osseuses. Elle détecte des lésions d’infections bactériennes ou virales, des tumeurs.

Fonctionnement de l’examen radiographique

Aucune préparation n’est nécessaire ; il n’y a pas besoin d’être à jeun. C’est un examen totalement indolore. Après vous être déshabillé quand cela est nécessaire, vous êtes placé sur une table de radiologie (allongé ou debout selon les prescriptions du médecin). Un technicien manipulateur prend le ou les clichés en vous demandant de rester immobile, condition indispensable à la bonne qualité des images. La radiographie (cliché) elle-même dure quelques secondes, l’examen complet quelques minutes. C’est un examen très rapide et non invasif.

Risques et dangers de la radiographie

Aucun risque n’a pu être mis en évidence à l’heure actuelle, compte tenu des faibles doses utilisées et des précautions prises pour limiter la partie du corps irradiée à chaque examen. Un cliché simple expose à la même quantité de rayons X que celle reçue naturellement du soleil lors d’un voyage en avion de 4 heures en moyenne. Toutefois, par précaution, on limite au maximum le nombre de clichés annuels. L’examen radiographique n’a pas de contre-indication. Toutefois chez la femme enceinte, il est fait uniquement en cas de nécessité absolue (recherche d’embolie pulmonaire, de tumeur mammaire, appendicite, fracture…) surtout en début de grossesse, car l’embryon est très sensible aux rayons X (risques de malformation). Si vous êtes enceinte ou si vous le suspectez (retard de règles), signalez-le avant l’examen !

Qui prescrit cet examen, combien ça coûte, comment est-on remboursé ?

Lorsqu’elle est prescrite par un médecin, le coût d’une radiographie varie selon les zones explorées, les antécédents du patient, le nombre d’incidences (face, profil…) à réaliser. Une radiographie du sinus coûte entre 35,40 et 48,36 euros selon le nombre d’incidences. Une radiographie du poumon coûte au minimum 32,16 euros. Cette somme correspond aux honoraires du radiologue qui sont remboursés à 70 % par l’Assurance Maladie, si toutefois le patienta respecté la filière de soins : médecin traitant puis spécialiste… Les 30 % restants (le ticket modérateur) sont remboursés par la complémentaire santé ou l’assureur.

Où se pratique la radiographie et par qui ?

La radiographie est pratiquée en centre d’imagerie médicale par des techniciens spécialisés sous la direction de médecins radiologues.