Échographies fœtales : calendrier, déroulement et risques

On utilise la technique des radars pour obtenir une image visuelle d’une structure matérielle. Une onde ultrasonore (un ultrason) est émise par la machine. Comme elle est renvoyée différemment par le milieu qu’elle frappe selon qu’il est liquide ou solide, la machine reçoit des échos différents qui dessinent une image du fœtus. Les premières échographies fœtales datent du début des années 1970. Contrairement à un scanner ou à une IRM qui sont des examens automatisés, l’échographie dépend totalement du médecin qui la pratique et la contrôle. Il augmente ou diminue la fréquence des ultrasons et choisit la sonde en fonction du terme de la grossesse et de la morphologie de la femme. Il s'agit d'un examen non invasif.

L'échographie fœtale : l'utilité

L’échographie fœtale permet de détecter certaines malformations et de contrôler la croissance du fœtus. Trois échographies sont systématiquement recommandées en France au cours du suivi de grossesse. La première a lieu entre 12 et 14 semaines d’aménorrhée (SA), soit 10 à 12 semaines de grossesse. C’est alors que l’on voit le mieux les membres et l’épaisseur de la nuque, qui renseignent sur une possible trisomie 21 et d’autres anomalies cardiaques ou génétiques. La deuxième a lieu entre 22 et 24 SA. Il s’agit d’une échographie morphologique, qui permet de dépister d’éventuelles malformations et d’apprécier la croissance fœtale. La troisième se pratique entre 32 et 34 SA. Elle permet de contrôler à nouveau la morphologie et le poids du fœtus, mais aussi de vérifier si l’accouchement peut s’effectuer sans problème, en localisant le placenta et en s’assurant de la bonne position du fœtus.

L'échographie fœtale : déroulement

L’échographie peut se pratiquer par voie abdominale et/ou vaginale. Par voie abdominale, l’échographiste dépose sur le ventre de la mère un gel qui favorise la pénétration des ultrasons. Pendant les 48 heures précédant l’examen, il ne faut pas appliquer de crème pour le corps, qui pourrait gêner le passage des ultrasons. Pour une échographie par voie vaginale, la sonde est recouverte de gel et d’un protège-sonde (un préservatif souvent). Elle est introduite dans le vagin, pour être au plus près du fœtus. Ce n’est pas douloureux. Il est inutile d’avoir la vessie pleine au moment de l’examen. Mais il est conseillé de boire beaucoup et régulièrement tout au long de la grossesse, pour augmenter la quantité de liquide amniotique et mieux voir le fœtus lors des échographies.

L’examen dure entre 20 et 45 minutes suivant le terme (la première échographie est souvent plus rapide), la facilité à voir le fœtus (qui est diminuée si la femme est obèse ou si le placenta est devant le bébé), l’expérience de l’échographiste et ce qu’il observe. Le plus souvent, l’échographiste dit ce qu’il voit au fur et à mesure, mais il faut parfois attendre 1 ou 2 jours pour obtenir le compte rendu écrit complet. Lors de cet examen, certaines femmes souhaitent faire venir leur conjoint ou leurs enfants. Cela n’est pas toujours accepté par le praticien, qui doit rester concentré.

Quels sont les risques et les inconvénients de l’échographie fœtale ?

Physiquement, les ultrasons ne présentent aucun risque pour la mère ou l’enfant. Mais les implications de l’examen sont importantes. Certaines malformations ne sont pas graves et peuvent être prises en charge à la naissance. D’autres mettent en jeu la vie du bébé, une interruption médicale de grossesse est alors proposée. C’est à la famille d’en décider, en concertation avec le médecin. La qualité de l’examen dépend considérablement de l’expérience de l’échographiste. L’échographie fœtale est une spécialité médicale obtenue par diplôme.

Qui prescrit les échographies fœtales, combien coûtent-elles, sont-elles remboursées ?

En secteur 1, les prix varient avec l’âge de la grossesse. La première échographie coûte 48,35 euros et la deuxième 82 euros. Elles sont toutes deux remboursées à 70 % par la Sécurité sociale. La troisième coûte 74 euros remboursés à 100 %.
En cas de dépassement d’honoraires, les coûts dépendent du praticien. Des échographies supplémentaires peuvent être prescrites, en cas de petit ou gros bébé, d’excès de liquide amniotique, de grossesse gémellaire… Il y a alors un tarif pour chaque indication. Cet acte peut être prescrit par n’importe quel médecin.

Où se pratique l’examen et par qui ?

L’échographie fœtale se pratique le plus souvent dans une maternité, mais elle peut se pratiquer en cabinet de ville. Elle peut être faite par un gynécologue-obstétricien, un radiologue ou une sage-femme, détenteurs d’un diplôme interuniversitaire en échographie fœtale.