Examens invasifs - liste et définitions

Un examen médical dit invasif nécessite une effraction de la peau du patient examiné. Une anesthésie locale ou générale est parfois nécessaire, et dans certains cas le patient doit être hospitalisé. L’examen invasif n’est pas forcément désagréable ou douloureux, mais il entraîne plus souvent des effets secondaires que l’examen non invasif. Les risques d’accidents doivent également être considérés, au cas par cas.

Parmi les examens invasifs, on peut citer :

  • La biopsie : technique de prélèvement d’un fragment d’organe ou de tissu (peau, poumon, foie, prostate…) permettant son observation au microscope.
  • La ponction : acte médical qui consiste à recueillir un liquide biologique ou des cellules par l’introduction dans le corps d’une aiguille, d’un cathéter ou d’un trocart, permettant ensuite l’examination. La ponction peut-être lombaire, pleurale, artérielle… L’amniocentèse en fait également partie.
  • La coronarographie : technique d’imagerie médicale permettant l’observation des artères coronaires. Cette technique est invasive car elle nécessite, en plus de l’utilisation des rayons X, l’injection d’un produit de contraste iodé.